CRITIQUE DE SPECTACLE - TOULOUSE

Univers sali// Théâtre du Grand Rond




QUAND ON VEUT ON PEUT


publié le 10/03/2019
(Théâtre du Grand rond)





Après Vent divin, la compagnie Ultrabutane 12.14 présentait au Grand Rond  une forme également jouée en rue, Univers Sali. Un seul en scène burlesque emmené par David Jonquières.

Obsolescence programmée

Après des années d’errance, Jean Fongible, encouragé par sa femme, commence un nouveau travail : la vente d’encyclopédies en porte à porte. Pas si simple pour Jean, qui entrevoit ces portes comme autant de possibilités de se voir rejeter par les autres – enfin, pas toutes les portes… Pas question pour lui de rentrer bredouille, heureusement il en est une qui sera synonyme de rencontres et de réconfort, celle du « Bar à Dédé ». Univers Sali brosse le portrait d’un personnage atypique, un anti-héros, un looser poétique qui se voue lui-même à un échec certain. Jean Fongible continue donc son errance mais avec la pression supplémentaire de devoir vendre ses bouquins – « Univers Sali c’est déjà votre ami car Univers Sali, c’est déjà tout écrit ». Le personnage traîne d’énormes valises comme autant de fardeaux et tente de s’extirper des peurs existentielles qui le paralysent. Ses seuls moments de respiration (et la seule porte qu’il poussera au début) se trouvent au café du coin.
Un néon et une malle en guise de comptoir suffisent à offrir à David Jonquières l’écrin nécessaire à camper l’ambiance d’un bar resté hors du temps. Tout y est, le pilier de comptoir désabusé, le tenancier qui n’a pas la langue dans sa poche, on parvient même à humer le parfum du vin mélangé au tabac froid. C’est là que Jean trouve le réconfort dont il avait besoin, peut-être un lieu où, finalement, chacun souhaite se laisser aller à l’oubli, le quotidien laissé de côté.

Cuniculophobe

Issu du spectacle de rue, formé au clown, David Jonquières assure, et on ne peut que saluer ses techniques de jeu. Véritable homme orchestre, il ne cesse, à travers des jeux de faciès maîtrisés, de passer d’un personnage à l’autre, et avec une facilité déconcertante. L’ensemble donne un spectacle visuel étonnant qui traite de la peur, de l’inaction, des désillusions d’une humanité invisible, avec une grande sincérité. Le comédien et son décor, qui recèle des trésors en forme de kamishibaï, apportent la pointe de poésie et de tendresse si importantes quand on touche à l’intime. S’il est difficile de s’identifier totalement à ce personnage d’un autre temps, chacun peut retrouver un peu de lui-même dans Univers Sali. L’histoire d’un homme ordinaire, un grand sensible incompris pris dans l’étau d’une société qui le pousse aux marges, vers une obsolescence qu’il se résigne à accepter. Un homme attachant qui préfère errer dans l’antichambre de sa vie plutôt que prendre le risque de décevoir. On comprend mieux sa phobie des lapins, animal craintif associé aux souvenirs de l’enfance – avoir l’ambition de retrouver son âme d’enfant est une chose, l’assumer en est une autre.

Pénélope Baron









De Guillaume Hermange, David Jonquières
Mise en scène : Lucie Dumaine
Avec David Jonquières
Création des personnages : Myriam Lotton
Design pop-up : Alix Lauvergeat
Scénographie : David Jonquières

10 mars 2019
Théâtre du Grand Rond