CRITIQUE DE SPECTACLE - TOULOUSE

Tutti Frutti// La Grainerie




COCKTAIL EXPLOSIF ET CORROSIF


publié le 28/10/2020
(La Grainerie)





« Ni en burla ni en veras, con tu amo no partas peras.
Ni pour rire, ni pour de bon, ne partage les fruits avec le patron. »

 

Après 21h tu ne sortiras point. Malgré les dernières annonces peu réjouissantes pour le monde de la culture, un vent de liberté et de joie de vivre parcourt le public venu nombreux se réfugier à la Grainerie. Paré aux couleurs de l’automne, le lieu accueille la première de Tutti Frutti, seconde création de la compagnie LPM, un spectacle soutenu par la PACT (Pépinière des Arts du Cirque Toulousaine). Los Putos Makinas – comprendre : les machines vulgaires – a été créée en 2013 par quatre jeunes jongleurs aux nationalités plurielles, et issus de la formation professionnelle du Lido-ESACTO, centre des arts du cirque de Toulouse. LPM présente déjà à son répertoire plusieurs numéros ainsi qu’un précédent spectacle, le Piti Peta Hofen Show, joué dans différents pays d’Europe et du monde (Brésil, Pologne, Allemagne…).

« Somos buenos y lo sabemos »

Accueilli par le pimpant Tutti Frutti de Little Richard, c’est un cocktail multiculturel et haut en couleur que le public s’attend à voir. Les gradins swinguent de bonne humeur communicative. L’ambiance est bon enfant et l’on sent une réelle complicité entre comédiens et spectateurs, en particulier avec les habitué·e·s des prouesses circassiennes de la compagnie. Un monsieur loyal à l’accent hispanique chantant ouvre le spectacle en présentant l’objet de toutes les convoitises : le grand Tutti Frutti. Ce dernier, en vérité un banal ananas, est le centre de toutes les attentions : une danse façon « gentils organisateurs » du Club Med, costumes de fruits kitchs à l’appui, lui est dédiée. Mais en réalité, il est le reflet des excès de l’époque d’aujourd’hui, dénoncés avec humour et dérision. Autour de lui, s’agitent tour à tour différents petits chefs, parodiant le pouvoir des dirigeants de ce monde : un présumé président des États-Unis caricatural, un petit comte nerveux tyrannisant son serviteur dans un numéro de jonglage baroque, un colonel autoritaire menant à la baguette trois soldats bananes pour leur faire exécuter un numéro de cerceaux au cordeau… ou encore, un immense dirigeant du Ku Klux Klan placide et aux multiples mains qui ondulent gracieusement. Il sera également possible d’assister pêle-mêle à une révolution de bananes, un rodéo de tronçonneuse, d’entrer dans une autre dimension via un mystérieux rayon vert extra-scénique. Oui, rien que ça ! Tutti Frutti est un cocktail explosif et corrosif, sans queue ni tête. Un jeu clownesque, qui sous couvert de douce dinguerie, suit un fil rouge dénonçant les violences réelles de la société.

« Il faut changer le futur pour changer le passé »

Critique ouvertement politique des dirigeants et des dérives de ce monde, Tutti Frutti propose sous un jour volontairement hétéroclite une succession de tableaux loufoques et vitaminés, débordants d’énergie… quitte à s’y perdre un peu. En effet, on regrette parfois que le lien entre ces différentes saynètes ne soit pas toujours clair, bien qu’elles semblent toutes servir une même logique : rire de choses terribles, dédramatiser et tourner en ridicule les puissants. Traversant les époques et les ambiances (appuyées par un jeu de lumière maîtrisé), le rythme du spectacle est soutenu : les éclats de rire fusent et les dents grincent.
Mêlant jonglage, clown et théâtre, cette nouvelle création de la compagnie LPM propose une réflexion autour de la religion, du pouvoir, de l’adoration à outrance et de ses dangers. Sous couvert de franche rigolade et de camaraderie, ce sont les extrémistes en tout genre que l’on pointe, ainsi que le racisme et l’intolérance qui jalonnent la société contemporaine. Aller à l’encontre des inégalités et dénoncer la violence ridicule de cette époque par le rire et l’art circassien, voilà la mission que s’est donnée Tutti Frutti.
Cette première laisse  ainsi l’impression d’un agréable moment de cirque frais et énergique, mais le cocktail ne semble pas encore tout à fait complet. Il manquerait encore quelques vitamines et ajustements pour offrir une création aboutie et lui donner tout son sens. Tutti Frutti serait en résumé le condensé de tout ce qui peut composer un monde. Telle une panière de fruits, on y trouve toujours des bons et des corrompus.

Séverine Pailhé-Bélair









De et avec : Lucas Castelo Branco, Juan Duarte Mateos, Johannes Bauhofer et Andres Torres Diaz
Regard extérieur : Marie-Céline Daubagna
Création lumière : Alrik Raynaud
Technique : Richard Pulford
Costumes : Ana Kemp

© Cie. LPM

Le 17 Octobre 2020
La Grainerie