CRITIQUE DE SPECTACLE - TOULOUSE

See you soon// L'Espace Job




UN PLUS UN ÉGALE...?


publié le 12/02/2019
(L'Espace Job)





Les Gens Charles, ce sont deux chorégraphes et interprètes, Charlie-Anastasia Merlet et Benjamin Forgues, qui fondent leur identité artistique dans des duos ; à moins qu’il ne s’agisse plutôt, comme dans cette dernière création, de faire dialoguer deux soli.

Deux solitudes

See you soon joue d’un paradoxe : ce que signifie être seul·e ne se représente vraiment bien qu’à deux. Les danseurs évoluent en soli croisés, jumeaux et décalés, sans jouer la présence de l’autre, ce qui donne de jolis instants où se mesure l’invisibilité de chacun ; telle mise en spectacle du corps qui ne fera pas mouche, telle parade de paon ou d’étalon qui ne séduira personne. Des cloisons transparentes semblent se dresser sur scène aux points de croisement. L’animalité traverse les jambes et les bustes, c’est là un rude printemps où les montées de sève se ressentent et font sourire. La compagnie a voulu explorer le célibat et de façon intéressante, elle ne surjoue pas l’inévitable thème du coup de foudre ; les corps entrent en interaction dans une logique chorégraphique et spatiale plutôt que narrative – une bonne surprise dans une création par ailleurs très portée sur la narration.
De fait, l’empreinte théâtrale marque ici l’essentiel des gestes, regards, postures et compositions. Et sur ce point, c’est une vaste affaire de goûts. La pantomime intègre la danse, permettant certes au public d’identifier des thèmes, de se raconter de micro-histoires. Mais cette présence du corps théâtral, pleine de qualités lorsqu’on l’utilise avec mesure, devient assez vite le défaut de See you soon ; agréable durant les premières minutes, cette esthétique tombe dans une mécanique, un maniérisme assez fatigant. Trop démonstratifs, ces corps, on voudrait les voir se délier, ignorer ponctuellement ce qui est de l’ordre de l’intention. On a bien conscience que le procédé est assumé, mis en avant, que les artistes ont voulu travailler des références, des images d’Épinal, mais cette orientation pèse néanmoins, cadenasse l’ensemble. Elle donne ici un objet ostentatoire et fermé. Comme si les chorégraphes qui s’expriment en Charlie et Benjamin avaient cousu un corset théâtral pour les danseurs talentueux qu’ils sont ; il faudrait détendre quelques lacets, par endroits, pour sortir de cette danse surlignée. La forme n’est pas longue et peut s’autoriser quelques évasions, échappées.

Manon Ona









Conception, Chorégraphie, Interprétation : Benjamin Forgues & Charlie-Anastasia Merlet
Musique : Jérémie Guiochet
Lumière : Klarys Delchet
Costumes Marjorie : Potiron
Regard extérieur : Brigitte Asselineau

Photo : Sandrine Arribeux

Le 12 février 2019
L'Espace Job