CRITIQUE DE SPECTACLE - TOULOUSE

Cock, Cock… Who’s there ?// Théâtre Garonne




THE MAN WHO CHANGED THE WORLD


publié le 02/10/2019
(Théâtre Garonne)





Présentée dans le cadre de la Biennale internationale des arts vivants, Cock Cock… Who’s there ? est une performance de l’artiste finno-égyptienne Samira Elagoz. Un projet à la frontière entre objet artistique et documentaire dont son expérience personnelle de violence sexuelle a été le catalyseur.

« Ce travail vise à explorer…

Samira Elagoz y célèbre le triste anniversaire du viol dont elle a été victime, point de départ sur le chemin de la reconquête du pouvoir sur son image et sur sa représentation d’elle-même en tant que femme. Un seule en scène qui emmène le public dans son intimité et son exploration de la gent masculine. À l’instar d’une journaliste documentariste, elle alimente son projet par des vidéos de rencontres avec de parfaits inconnus contactés via des plateformes de rencontres en ligne. Tour à tour glauques, touchantes, crues ou poétiques, les relations hommes/femmes sont explorées dans une société où le virtuel met à mal les repères relationnels.
Avec Cock Cock… Who’s there ?, l’artiste offre ainsi un « portrait-selfie » au vitriol qui ne laisse pas indifférent. Véritable performance-documentaire, expérimentation d’une thérapie filmée, la forme interroge aussi bien que le fond. L’artiste y donne en outre une vision de la masculinité qui, si elle ne peut la représenter dans son entièreté, apporte de passionnantes pistes d’analyse et de réflexion.
Une performance touchante et émouvante, donc – surtout eu égard à la démarche si personnelle et singulière de l’artiste – , mais qui peut aussi préoccuper quant à l’avenir des rapports femmes-hommes, spécialement à l’heure des rencontres 2.0. Comme si de ce fait certaines barrières tombaient pour laisser place à des projections hypersexualisées, pouvant donner lieu à des rapports dominants/dominés exacerbés et révoltants.

… pas à juger »

Samira Elagoz évoque aussi l’obsession que peut avoir la femme vis-à-vis de son image, à travers un volet d’autoportraits ultraféminisés, sexualisés, allant jusqu’à une forme d’objetisation. Une démarche qui interroge cet aspect, mais qui représente aussi la force de celle qui assume son image sexuelle et affronte le regard des autres.
D’autant qu’elle affiche par ailleurs une grande sobriété sur le plateau : elle expose au public son projet et ses recherches sociologiques de manière méthodique, sans jamais tomber dans le pathos, avec le recul suffisant pour adopter une position d’exploratrice des sciences humaines et non de victime.
Ainsi, bien qu’ayant pour origine un traumatisme violent, cette expérimentation est porteuse d’un message hautement positif pour l’artiste et pour la femme en général : celui de la reconquête du pouvoir, de la maîtrise de sa vie et de sa propre réalité. Même si le souvenir du drame reste présent, Cock Cock… Who’s there ? montre qu’une rédemption voire une résilience sont possibles. Le seul conseil universel que donne Samira Elagoz, qui se garde bien d’en donner d’autres, est donc le suivant : « Soyons femmes ! »

Pénélope Baron









Écriture, réalisation, édition : Samira Elagoz
Vidéo (conception, mise en scène et montage) : Samira Elagoz
Avec Samira Elagoz, Ayumi Matsuda et Tashi Iwaoka
Conseil artistique : Jeanette Groenendaal, Bruno Listopad et Richard Sand

25 et 26 septembre 2019
Théâtre Garonne