CRITIQUE DE SPECTACLE - TOULOUSE

Ce ne sera pas long// Théâtre du Grand Rond




MON PAYS C'EST L'EUROPE !


publié le 03/11/2019
(Théâtre du Grand Rond)





Création pour la rue et la salle par la compagnie Girouette, Ce ne sera pas long est un duo comique à la frontière entre théâtre, cirque, danse et musique. La circassienne Juliette Hulot et l’artiste jongleur Martin BdM (également danseur et acrobate) collaborent ensemble depuis 2010 pour former le tandem Greg et Natacha.

CESFACCIPSFR

Une mystérieuse commission européenne a envoyé Greg et Natacha au théâtre du Grand Rond. Leur mission ? Inspecter le lieu afin de rendre un rapport au Comité Européen de Supervision des Festivités et Actions Culturelles Communales et Intercommunales et de Promotion des Savoir-Faire Régionaux (ouf !). Tous deux ont la panoplie du parfait bureaucrate : costume, tailleur, attaché-case, une allure sérieuse, une diction et un vocabulaire sans failles. Ils arrivent tout droit des hautes sphères européennes pour inspecter les lieux de diffusion du spectacle vivant de France et de Navarre. Ils sont venus prêcher la bonne parole. L’Europe, ils y croient dur comme fer, et ils exposent au public leur analyse du théâtre situé au 23 rue des Potiers. Entre acronymes en tous genres (et les plus longs possibles, de préférence…), décrets ou encore normes, une foule d’informations aussi absurdes que farfelues noient le public dans un flot de paroles. Dans leurs bouches, l’Europe semble une entité floue et mystérieuse. Les deux personnages embrassent la technocratie avec panache, ils maîtrisent à la perfection ses codes de communication verbaux et non-verbaux. Lui est sérieux, droit et pince-sans-rire ; elle, est stressée et maladroite mais veut faire de son mieux.
De prime abord, Greg et Natacha sont des personnages assez distants, crispés et entravés par des procédures, un vocabulaire technique et une vie entre des taxis et des hôtels de province. Entre ode à la joie et discours des pères fondateurs, c’est toute une identité européenne qui est mise en avant, une Europe dans tout ce qu’elle peut avoir d’obscure en tant que technocratie trop éloignée du peuple. Une sorte de broyeur administratif pour les uns, belle idéologie communautaire pour les autres… La notion même divise. Sous leurs airs hautains vis-à-vis de la masse à « éclairer », on sent poindre le basculement, le point de craquage imminent. Cette étape passe tout d’abord par un nouvel outil de langage, celui-là même qu’ils ont mis au point pour être compris du plus grand nombre : celui de la balle rose. Quand la langue atteint ses limites, il faut laisser place à un autre moyen de communication, celui du corps et des émotions. Le poids des mots laisse ainsi place à la légèreté des gestes et des mouvements chorégraphiés.

L’ode à la joie

L’intervention de Greg et Natacha glisse peu à peu vers une conférence gesticulée et musicale. Fonctionnant toujours en binôme, ils se répondent et évoluent ensemble entre mouvements dansés, jonglerie et musique. A travers ce nouveau langage, ils gardent comme objectif premier de faire passer leur message et analyse auprès du public. Mais peu à peu l’absurde de la situation est tel que c’est la folie des deux protagonistes qui prend le dessus. Ces émotions, cette énergie si souvent atténuées, cachées sous cet uniforme dont le seul but est de servir leur religion européenne, ne peuvent désormais plus être contenues. Comme trop longtemps déconnectés de la réalité, voire d’eux-mêmes, Greg et Natacha ne peuvent plus faire demi-tour, le point de non-retour est là, il arrive… Ils jouent avec les extrêmes, entre la froideur et la rigueur d’une technocratie inaccessible, et l’humour et l’exaltation de deux personnages qui n’ont qu’un seul besoin : faire vibrer leurs corps et leurs émotions. Leur droiture professionnelle est mise à rude épreuve, et peu à peu c’est toute leurs intériorités sensibles qui explosent. La technicité reste ici intacte, mais, à défaut de mots, c’est le champ du mouvement, du jonglage, de l’acrobatie et de l’osmose du duo qu’elle investit désormais. Avec Ce ne sera pas long, Greg et Natacha proposent un tandem dont l’énergie scénique et burlesque embarque crescendo le public dans un spectacle sensible.

Pénélope Baron









Compagnie : Cie Girouette / Duo Greg et Natacha
De : Martin BdM, Juliette Hulot
Avec : Martin BdM, Juliette Hulot

© Stéphanie Brault

29 octobre au 9 novembre 2019
Théâtre du Grand Rond