Retour Accueil Actualité critique du spectacle vivant / Toulouse Métropole
> Accueil > Critique [ Faut pas payer ! - Un rideau rouge sur une farce politique

Critique

Faut pas payer ! Théâtre du Chien Blanc



Un rideau rouge
sur une farce politique



Publié le 13 Septembre 2010


La quatrième édition du festival "Entre Chien et Loup" s'ouvre au théâtre du Chien Blanc sur Faut pas payer !, monté et montré en fin de semaine dernière par la compagnie Les Têtes de Mule à partir du texte de Dario Fo, Prix Nobel de littérature. Ce festival , on le sait, permet à des comédiens amateurs de trouver une scène pour vivre leur passion et exprimer leur talent. Critique de la pièce, ou comment une tête de mule se révèle chien et loup ?
Et rappel : le drame se déroule dans les années 1970 à Milan. Alors que les travailleurs italiens connaissent la faim, le chômage, la misère, Antonia, une femme d'ouvrier, rentre chez elle euphorique et les bras chargés de courses. Elle explique à son amie Margherita comment des milliers de femmes ont mené leur révolution contre les prix pratiqués par les supermarchés, en dépouillant leur lieu de courses habituel. Leur cri de ralliement ? "Faut pas payer ! Faut pas payer !" Cependant, si cet aveu réjouit sa confidente, il anéantirait l'honneur de son mari, "pauvre mais honnête." S'ensuivent alors dissimulations, mensonges et quiproquos qui donnent à la pièce son caractère comique.
On l'a compris, cette superbe farce écrite par Dario Fo en 1973 dénonce, sur un ton burlesque et par une succession d'événements rocambolesques, la difficulté des petits à vivre face au pouvoir répressif.

Côté lit, côté armoire

Dans la ravissante et intime salle du Théâtre du Chien Blanc, la troupe des Têtes de Mule a revisité la comédie politique de Dario Fo sous la direction de Sylvie Lagarde, metteur en scène.
La scénographie met en valeur la simultanéité des événements : côté jardin, la cuisine de Giovanni et Antonia, avec une table et un garde-manger. (Pour la petite histoire, cette armoire blanche, "bureau" où s'enferme Giovanni à chaque scène de ménage, valut son nom à la troupe de théâtre amateur quand Sylvie Lagarde s'exclama "Quelle bande de têtes de mule !" le jour où elle dut remplacer un portant noir par cette armoire que le groupe préférait). Côté cour, un lit qui dissimule les courses volées et une représentation du supermarché qui disparaîtra très vite, dévalisé par les femmes enragées.
Quelle superbe idée d'avoir mis en scène cette pièce de Dario Fo ! Mais le jeu des comédiens ne correspond pas vraiment à l'ambition de l'auteur, quand on n'y retrouve que bien peu des émotions ressenties - colère, résistance, violence - à la lecture de la pièce.
Dans sa mise en scène, Sylvie Lagarde insiste en effet sur le côté comique de la pièce, au détriment de la puissance de l'engagement politique qu'elle représente. La confrontation homme/ femme est extrêmement présente, notamment grâce à un très ludique jeu de marionnettes avec deux peluches (des chiens blancs !), qui reproduit les paroles du couple et insiste sur la supériorité de l'un sur l'autre en fonction de leurs propos. Des répliques très machistes, mais ajoutées, amusent le public, comme lorsque Giovanni explique "je passe la serpillière" et que son collègue Luigi lui répond "Pourquoi ? Elle est où ta femme ?"
Le jeu naïf des comédiens, maladroit même dans les deux premières scènes, peut paraître en contradiction totale avec l'intention du livre : dénoncer par un discours léger une réalité grave, mais le public est pris par la dérision qu'implique cette innocence, qui permet finalement de prendre un certain recul sur la pièce, d'y pénétrer plus aisément.
En tous cas, celui qui voudra voir une pièce engagée, naïve, burlesque et drôle, ne devra pas suivre son titre provocateur, Faut pas payer ! : en dépit de ses maladresses, elle mérite présence et obole. ||
Fanny Chaumette
Fanny Chaumette
 
logo du clou
Djeyo / Le Clou dans la Planche
Djeyo / Le Clou dans la Planche
Renseignements pratiques
ThéâtreFaut pas payer !De Dario Fo / Cie Les Têtes de mule
Mise en scène : Sylvie Lagarde
Avec Gisèle, Véronique, Marie, Claude, Cédric et Alexandre.Le 13 Septembre 2010Durée : 1h20.Théâtre du Chien Blanc26, rue Compans - 31500 ToulouseMétro ligne A - Station Marengo SNCFTél. 05 62 16 24 59 http://www.theatreduchienblanc.fr // theatre.chienblanc@club-internet.fr