Retour Accueil Actualité critique du spectacle vivant / Toulouse Métropole
> Accueil > Critique [ Chroniques du bord de Garonne... et d'ailleurs - "Je gamberge(s)"

Critique

Chroniques du bord de Garonne... et d'ailleurs Théâtre du Grand Rond



"Je gamberge(s)"



Publié le 08 Janvier 2017

Découvert à sa première au Fil à Plomb, le duo revient en apéro au Grand Rond.


Exit Jefferson Noizet – pseudonyme sous lequel les Toulousains connaissent cet auteur, compositeur et interprète – et bienvenue à Jean-François Vaissière, puisqu'il s'agit de rapporter un mélange d'expérience intime, d'autobiographie et de fiction en vue de célébrer le Sud, cet international "pays du blues". Le duo formé par le musicien avec l'artiste Frédéric Cyprien (qui de même gratte plus d'une corde, mais c'est le comédien en lui qui est convoqué pour ces Chroniques de bord de Garonne et d'ailleurs), leur duo, disions-nous, propose des récits musicalement illustrés.

De Toulon à Toulouse

Le fleuve a coulé sous le pont : sortie de tiroir pour des textes écrits en amont, qui rencontrent la scène dix ans plus tard ; la scène plutôt que les pages. Neuf tableaux sous le soleil et l'éclat bleu des véroniques, sur les berges de la sinueuse dame certes ("Une Garonne qui se prend pour le Mississippi") mais aussi sur le quai Stalingrad du Toulon de l'enfance, ou le long d'une rivière gersoise. Là, une dégustion de chichi-fregi, ici, le bourdon des abeilles autour du pot de confiture. Des balades gascones recoupent des déambulations sur le cours Dillon ou des moments dans les cafés toulonnais – patois provençal, Be-Bop-A-Lula au jukebox et frimeurs autour du flipper. Années 50 et 60 en téléscopage avec le deuxième millénaire ; notre temps qui alterne avec l'époque où certains achètent des P4, où d'autres soignent leur banane au peigne.

chroniques2

En un mot : du pittoresque, qui séduira les amoureux des balades souvenirs où les parfums, les couleurs et les sons se répondent. De notre côté, on aurait apprécié un style plus cintré et une évasion hors des sentiers du conte couleur locale (évasion caressée par l'intrusion de ses rêves d'Amérique) mais l'ensemble se tient, dans son genre. Avec, en basse continue dans l'imaginaire de l'auteur, la touche Nashville qui va bien. On ne se refait pas ? Jefferson veille en Jean-François et les illustrations musicales de la lecture demeurent dans cet univers fusion qui est le sien ; dialogue de motifs propres à notre sud avec celui qui sert de berceau à une certaine culture américaine, culture dont cet ancien journaliste de Rock & Folk est imbibé depuis toujours.
Le principe de ce duo ne consiste pas, on le comprend assez rapidement, en un dialogue à part égale entre la voix de Frédéric et les propositions musicales de Jean-François. Prépondérante, la lecture : très humble, dans le sens où le comédien, tranquillement assis sur son siège, se fait le récitant fidèle et peu invasif de textes qu'il n'a pas écrits (lui qui écrit pourtant), et dont il ne cherche pas à appuyer le pittoresque à l'excès, justement. L'instrumental est ici approché comme une ponctuation sonore de cette lecture, une série d'échos très brefs, à la palette familière pour qui connaît le travail de Jefferson Noizet, mais en camaïeu tout de même. De genres, comme d'instruments – résonances métalliques du dobro et de la guimbarde, éventail sonore des cordes (outre le dobro, la mandoline américaine, la guitare acoustique et le dulcimer).
Un tandem efficace ? La première en était bien une et on espère que le musicien saura se délier, moins s'enfermer dans cette alternance d'illustrations qui le voit tranquillement poser un instrument pour prendre le suivant, puis attendre. "Le temps dure longtemps", dirait Nino. En maintenant un dispositif modeste, entrevoir la possibilité de faire court tout en faisant dynamique, de briser une cadence texte/musique par trop pressentie. Que le fleuve déborde, sorte parfois de son lit...? ||
Manon Ona
Manon Ona
 
logo du clou
Mona / Le Clou dans la Planche
Mona / Le Clou dans la Planche
Renseignements pratiques
Lecture musicaleChroniques du bord de Garonne... et d'ailleursAuteur : Jean-François Vaissière
Interprètes : Frédéric Cyprien et Jean-François Vaissière
Le 08 Janvier 2017Théâtre du Grand Rond23, rue des Potiers, 31000 ToulouseMétro ligne B - Station François VerdierTél. 05 61 62 14 85 http://www.grand-rond.org/index.php?module=grandrond // contact@grand-rond.org